Réalisation de sites web, conseil et formation réseaux sociaux à Aix - Marseille - Web & Social Media Provence

Les sites multilingues et multi-pays: un terrain à défricher

Les sites multilingues et multi-pays: un terrain à défricher

Alors que je réfléchis à l’adaptation en anglais de l’interface du Club International Parents, je me rends compte que c’est un thème encore assez peu exploré sur le web, dominé encore beaucoup par les américains et une culture ingénieur, peu encline à se compliquer la tache par des considérations multi-culturelles, voire peu « aware » (sensibilisée) au reste du monde.

Des approches multilingues et multipays maladroites de la part des plus grands

Ne sommes nous pas souvent amusés par l’interface à demi traduite de tel ou tel site géant américain? Je me souviens qu’à une époque, lorsque j’allais sur eBay France, après avoir surfé sur quelques pages, je me retrouvais sur eBay.com, ou j’avais un compte, ayant vécu aux Etats-Unis. Au moins les deux sites ( le français et l’américain) commmuniquent-ils…

En effet, KodakGallery, où j’avais également un compte datant de mon long séjour aux USA, ne me reconnaissait pas sur KodakGallery.fr. Au début, il est vrai que j’ai continué à utiliser le site américain et à me faire envoyer mes photos en France, les avantages du site américain étant réels!

Sur le site français de Skype récemment, je m’amuse de voir un mélange de langues s’affichant sur la page, et de recevoir des mails du service client, d’abord en anglais ( automatisés) puis en français, en réponse à mes demandes… L’historique de mes achats est lui aussi BI-lingue, cad à moitié en anglais, à moitié en français.

Page Skype  presqu'en français

Page Skype en français (presque)

Depuis cette page d’information, lorsque l’on clique sur un des items de droite, on est redirigé, sans crier gare, sur le site de Skype.com!

Ecran skype en français

Page de Skype.fr: le menu de droite envoie vers des pages en anglais

Parlons du plus grand, du papy du Web, innovateur devant l’éternel, et pourtant gêné aux entournures par le multiculturel. Amazon est très bon pour me reconnaitre à travers ses diverses instances mondiales. Je suis toujours la même, que je sois sur le .com ou le .fr, ou le .ca d’ailleurs… Par contre, il est un peu embêté lorsque je demande à surfer sur le site canadien en français. Là, ça se mélange les pinceaux.
Ecoutons Amazon.ca:  » Attends, elle est sur le site .ca mais elle veut du français? Zut, on pensait s’en tirer avec de l’anglais chez les Canadiens. Bon, on va faire semblant, ça passera bien. »
Où l’on obtient un site ‘ bilingue’, mais pas au sens ou l’on entend habituellement. C’est à dire que la moitié de la navigation est en anglais, l’autre moitié en français. Durs durs les pays bilingues.

Amazon.ca in French - a mix of English and French

Amazon .ca en français - presque!

Je suis tombée sur une personne parlant avec intelligence du multilinguisme sur le web, qui blogue ici: Climb to the Stars. Suisse, et au moins bilingue français-anglais ( sinon germanophone?), elle défend la thèse selon laquelle le web devrait intégrer le multilinguisme plutôt que de le décourager.

Les Conseils de Google en matière de multilinguisme: pas de mélanges!

Un exemple, pour celles et ceux au fait des techniques de référencement naturel et donc lectrices et lecteurs du blog dédié aux ‘ webmasters‘ de Google, il y est clairement indiqué qu’un blog multilingue peut être  » confusing  » pour les search engines – et les individus, bien sûr. Et que mieux vaut donc nettement séparer ses univers linguistiques sur un site. Il est par ailleurs sous entendu qu’à une langue correspond un pays- erreur grossière, souligne notre bloggeuse suisse habitant un pays trilingue, et que j’approuve, cela va sans dire.

Et si j’ai envie de permettre à des personnes de langues différentes de s’exprimer, sur la même page, hein?

– > Billet suivant: Réaliser un site multilingue